Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 20:42

.

 

Plaideurs-1Tous les plus gros monsieurs me parlaient chapeau bas ;

« Monsieur de Petit Jean », ah ! gros comme le bras !

Mais sans argent l'honneur n'est qu'une maladie.

 

Les Plaideurs, Racine

(Petit Jean, acte I, scène 1)

 

 

(Dandin) Mais je veux faire au moins la chose avec éclat.

Il faut de part et d'autre avoir un avocat.

Nous n'en avons pas un.

(Léandre) Nous n'en avons pas un. Hé bien ! il en faut faire.

Voilà votre portier et votre secrétaire.

Vous en ferez, je crois, d'excellents avocats ;

Ils sont fort ignorants.

(L'Intimé [le secrétaire]) Ils sont fort ignorants. Non pas, monsieur, non pas.

J'endormirai Monsieur tout aussi bien qu'un autre.

 

Les Plaideurs, Racine

(Dandin, Léandre et L'Intimé, acte II, scène 14)

 

Plaideurs-2

Repost 0
Published by Yolio - dans arts-spectacles
commenter cet article
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 06:40

.

 

Palenque-juin2010-179aPalenque, la cité enchantée au sarcophage du roi et astronaute Pakal (Pacal)

 

Avant de partir de Paris, prenant notre dernier café au terminal de l'aéroport, nous partageons notre table avec deux dames. Nous faisons un brin de discussion, leur disant que nous allons au Mexique. Et l'une d'elle nous fait part de l'un de ses plus beaux souvenirs : l'arrivée à Palenque dans la brume matinale laissant simplement entrevoir la cime des arbres et le haut des bâtiments les plus élevés.

 

Nous n'avons pas eu droit à la brume matinale, mais il faut reconnaitre que c'est un site magique. Nous arrivons en pleine civilisation maya, un coup à en prendre plein les yeux !

 

C’est par le nom de Lakam Ha (grandes eaux) que les mayas désignaient cette cité, sans doute en raison de ses nombreuses sources. Le nom de Palenque (enceinte en espagnol) viendrait d'une mauvaise traduction du terme Otolum (terre des maisons fortes) qui désignait le secteur au moment de l'arrivée des Espagnols. La ville moderne de Palenque (Santo Domingo de Palenque) est fondée en 1567 à l'initiative du missionnaire Pedro Lorenzo de la Nada (1567).

 

Après les forteresses des hauts plateaux arides, nous voici dans la jungle. Premiers sentiments d'Indiana Jones ! Dans un écrin de verdure, la cité essaime les édifices, dont un grand nombre est complètement accessible. Le site accessible représente 2,5 km², sur une superficie totale de la cité estimée à 25 km² ! Donc il faut prévoir tout son temps pour faire l'une des plus belles balades qui existe. Mais il ne faut pas avoir peur du dénivelé… Rien n'est plat ici ! Et malgré mon manque d'aise dès que je me trouve en haut d'un escalier, je vais me faire une douce violence, en prenant soin de monter sur tous les édifices possibles mais surtout, d'en redescendre aussi bien que possible !

 

La visite de Palenque est également l'occasion de s'interroger sur l'origine de l'Homme ! Et oui, même en voyage on peut philosopher… L'espèce humaine est-elle endémique de la Terre, ou bien a-t-elle été importée d'une autre planète ? Si elle est endémique, les Mayas ont-ils été les témoins du passage d'extra-terrestres sur notre planète ? Pourquoi ces questions ? En raison de la découverte en 1952 du tombeau du roi Pakal (Pacal). Dans ce tombeau se trouvait un sarcophage, recouvert d'une dalle monumentale de près de 8 m². Et sur cette dalle, est sculptée une scène assez étrange, sans doute emplie de symbolique, mais assez difficile à déchiffrer de nos jours : s'agit-il d'une représentation du passage du roi du monde des vivants dans le monde des morts, ou bien d'une représentation d'un astronef que les Mayas du VIIème siècle auraient vu et reproduit avec de nombreux détails ? Pour cette dernière version, voir le site : http://dhyanchohan.unblog.fr/2008/01/04/le-mystere-du-sarcophage-de-palenque/, mais bien d'autres également sur internet ou dans des ouvrages allant du très sérieux au plus farfelu.

 

Palenque-juin2010-sarco-22


Je laisse donc chacun se faire son idée, et nous passons à la visite du site !

 

 

Le site : les bâtiments sont regroupés en plusieurs grandes zones. Je ne détaillerais que certains des édifices de ces zones, car ils sont des centaines !

 

1- Zone de l'esplanade principale :

 

Le Temple des Inscriptions : ainsi nommé car il contient des inscriptions en glyphes sur l'histoire de la cité et de la lignée royale. Il est construit au sommet d'une pyramide à degrés qui renferme un trésor bien caché : la tombe du roi K'inich Janaab Pakal I (ou II). Le sarcophage est entièrement sculpté, et recouvert d'une dalle au dessin très particulier. A l'intérieur, se trouvaient le squelette du roi portait un masque de jade, ainsi qu'un trésor d'objets précieux. L'ensemble a rejoint maintenant le musée de Mexico.

 

Le Palais : il s'agit d'une construction très originale, qui est en fait un complexe de plusieurs bâtiments, sur plusieurs étages, reliés entre +eux par des galeries. Il était sans conteste le centre politique de la vie de la cité. L'élément le plus marquant est la tour carrée, très caractéristique. Les galeries  renferment des sculptures et bas-reliefs très intéressants.

 

L'Aqueduc : structure voûtée de trois mètres de haut qui conduit au fleuve Otolum, incorporé au Palais (façade orientale), et complété d'un pont de pierre qui franchit le fleuve à un endroit poétiquement dénommé  « le bain de la Reine ».

 

Le Temple "du Lion" ou "du Jaguar" dans lequel se situe un bas-relief qui a donné son nom au temple et représentant un roi assis sur un trône en forme de jaguar bicéphale (à 2 têtes).

 

2- Zone "de la Croix" :

 

Il faut traverser le "fleuve" pour accéder à ce petit groupe de temples. Chacun des trois temples qui le composent (temple de la Croix, temple du soleil et temple de la Croix) comportent des bas-reliefs, et des représentations de "l'arbre de la création", qui rappellent la forme de la croix. Chaque temple se situe au sommet d'une petite pyramide à degrés. Le complexe a été édifié à l'occasion de l'accession au trône du successeur de Pakal, le roi K'inich Kan Balam II. Le temple "de la Croix" (!) présente encore sa "cresteria", la crête ajourée et décorée qui couronnait généralement tous les temples mayas.

 

3- Zone nord :

 

Le Temple du Comte doit son nom à l'explorateur Jean-Frédéric Waldeck qui en avait fait "sa résidence" pendant ses fouilles. Roturier, il aimait à se faire appeler "comte", ce qui donna le nom à l'édifice. Ce temple est bien conservé.

 

Jeu de pelote.

 

4- Le musée :

 

Ce musée est très richement doté en objets et éléments architecturaux trouvés sur le site. Il est très agréable à visiter. Dans une pièce spécialement aménagée, on peut voir une reconstitution du sarcophage du roi Pakal.

 

 

Pour voir le carnet de route de tout le voyage au Mexique : http://yolio.over-blog.com/article-voyage-au-mexique-enchantement-et-decouverte-itineraire-2-4-54664034.html

 

 

 

Chronologie :

 

vers 100 av JC : établissement d'un premier village

vers 430 : fondation de la ville de Lakam Ha, avec son premier roi K'uk B'alam

300-600 : augmentation de la population, la ville devient une capitale régionale importante connue sous le nom de B'akaal. Alliance avec Tikal contre la cité-Etat de Calakmul

599 :         saccage de la ville par Calakmul

611 :         défaite de Lakam Ha, le roi de Calakmul entre dans Lakam Ha

615-683 : règne de K'inich Janaab Pakal I (Pacal le Grand), restauration de la puissance de Lakam Ha.

711 :         siège de Lakam Ha par le roi de Tonina.

799 :         début du règne du dernier roi connu, Janaab' Pakal III. Début de l'abandon de la cité.

XVIème siècle : la cité et la région sont tombées dans l'oubli.

1567 :       fondation de Santo Domingo de Palenque par Pedro Lorenzo de la Nada

1773 :       premier intérêt pour le site archéologique

1785 :       premier relevé effectué par l'architecte Antonio Bernasconi

1807 :       expédition dirigée par Guillermo Dupaix, avec le dessinateur Luciano Castañeda

1822 :       premier livre sur Palenque publié à Londres : Descriptions of the Ruins of an Ancient City, discovered near Palenque (« Description des ruines d’une cité ancienne, découverte près de Palenque »)

1834 :       deux autres publications

1832 :       étude du site par Jean-Frédéric Waldeck, antiquaire, cartographe et explorateur français

1866 :       publication des dessins de Waldeck

1840 :       étude du site par John Lloyd Stephens (américain) et Frederick Catherwook (anglais)

1841 :       publication par Stephens de ses descriptions et des illustrations de Catherwook dans Incidents of Travel in Central America, Chiapas and Yucatán

1858 :       premières photographies par le français Désiré Charnay

1890 :       expédition du britannique Alfred Maudslay , photographies et moulages.

1923 :       expéditions de FransBlom, cartographie du site

1949 à 1952 :  étude et fouilles, dirigées par le mexicain Alberto Ruz Lhuillier, mandaté par le gouvernement mexicain (Instituto Nacional de Antropología e Historia - INAH) : découverte du tombeau de K'inich Janaab Pakal I sous le Temple des inscriptions

1970 :       fouilles par Jorge Acosta (INAH), construction du musée du site (dédié à Alberto Ruz L'Huillier)

1973 :       1ère édition des "Mesas Redondas" (tables rondes) de Palenque, organisées par Merle Greene Robertson, réunissant les spécialistes du monde Maya

1981 :       le site est déclaré "zone protégée"

1987 :       inscription au patrimoine mondial de l'UNESCO

 

Palenque-juin2010-047a

Le Palais

 

Palenque-juin2010-054aDétail d'un bas-relief du Palais

 

Palenque-juin2010-081a

La tour du Palais

 

Palenque-juin2010-089a

Une galerie du Palais

 

Palenque-juin2010-105a

Cour intérieure du Palais

 

Palenque-juin2010-363aGalerie sous le Palais

 

Palenque-juin2010-126a

vue d'ensemble du Palais

 

Palenque-juin2010-179a

Vue d'ensemble du Palais, vu du Groupe de la Croix

 

Palenque-juin2010-343a

Le groupe de la Croix, vu du Palais

 

Palenque-juin2010-378a

Cour centrale du groupe de la Croix, vu du temple de la Croix Fleurie

 

Palenque-juin2010-136a

Le temple de la Croix

 

 

Palenque-juin2010-394a

Temple du Soleil, vu du temple de la Croix

 

Palenque-juin2010-377a

Temple du Soleil, et deux disciples

 

Palenque-juin2010-153a

Intérieur du temple du Soleil, et son prêtre orange

 

Palenque-juin2010-393a

Bas-relief du temple XIV

 

Palenque-juin2010-411a

Le Palais et le temple des Inscriptions, vus depuis le temple de la Croix

 

Palenque-juin2010-413a

Idem !

 

Palenque-juin2010-319a

Le temple des Inscriptions

 

Palenque-juin2010-302aTemple des Inscriptions

 

Palenque-juin2010-304aDétail du temple des Inscriptions

 

Palenque-juin2010-183a

Temple du Comte

 

Palenque-juin2010-424aRepos de l'explorateur sur le temple du "groupe nord"

 

Palenque-juin2010-372a

 

Palenque-juin2010-291a

 

Palenque-juin2010-512aConstruction "dans la jungle"

 

Palenque-juin2010-218a

Mur de glyphe, musée

 

Palenque-juin2010-220a

Détails

 

Palenque-juin2010-462a

K'inich Janaab Pakal I (ou II), bas-relief du musée

 

Palenque-juin2010-234a

Pièce du musée

 

Palenque-juin2010-497a

Reconstitution du sarcophage du roi Pakal, au musée

 

Palenque-juin2010-482a

Détail du sarcophage

 

Palenque-juin2010-489aPièce du musée

 

Palenque-juin2010-plan

MexiqueCarte1-Palenque

 

Palenque-juin2010-323a

Le roi Pakal et son temple


 


 


Repost 0
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 22:07

.

 

VersaillesGrandesEaux-01Pendant que d'autres perdent leur temps en manifestations faussement démocratiques, à l'occasion d'une fête nationale dont plus grand monde ne connaît ni l'origine ni le sens profond, nous sommes allé assister à la soirée du 14 juillet au château de Versailles ! Rien de moins !

 

Et quelle soirée : les grandes eaux nocturnes des jardins de Versailles.

 

Sur des musiques du Grand Siècle, la balade entre les bosquets permet de découvrir ou redécouvrir ces petits joyaux, parmi lesquels on peut citer :

 

- le bosquet "de la Salle de Bal", dont les cascades circulaires d'eau avaient des reflets de flamme dans une ambiance brumeuse mystérieuse et romantique,

 

- le bassin "du Miroir", où les jets d'eau dansaient dans des voltiges aériennes,

 

- le bosquet "de la Colonnade", à l'atmosphère antique où Pluton émerge dans une brume aux reflets vert-fluo cosmique….!

 

- le bosquet "de l'Obélisque",

 

- le bosquet "de l'Encelade", dont la mise en scène, les effets sonores, les brouillards, les lumières rendent vivante la statue du géant Encelade, enseveli sous les rochers,

 

- le bosquet "des Bains d'Apollon", cet étrange construction faite d'une fausse colline percée de 3 grottes présentant chacune un groupe différent de statues, avec au centre "Apollon servi par les Nymphes".

 

La balade se termine avec le grand feu d'artifice, donné sur le Grand Canal, derrière le bassin d'Apollon.

 

Quel merveilleux cadeau que cette visite nocturne des jardin de Versailles, pour notre 17ème ou 18ème anniversaire de vie commune… Et oui, nous sommes incapables de nous souvenir de l'année exacte… Si quelqu'un a de meilleurs souvenirs, merci de le faire savoir !

 

VersaillesGrandesEaux-02

Le chateau vu du jardin

 

VersaillesGrandesEaux-03Le parterre de l'orangerie

 

VersaillesGrandesEaux-04

Le bosquet de la Salle de Bal

 

VersaillesGrandesEaux-05

Le bassin du Miroir

 

VersaillesGrandesEaux-06

Le bosquet de la Colonnade, statue de Pluton

 

VersaillesGrandesEaux-07

Le bosquet de la Colonnade, l'une des vasques

 

VersaillesGrandesEaux-08

Feux sur les parterres

 

VersaillesGrandesEaux-09

Le bassin d'Apollon

 

VersaillesGrandesEaux-10

Le bosquet de l'Obélisque

 

VersaillesGrandesEaux-11

Le bosquet de l'Encelade

 

VersaillesGrandesEaux-12

Le bosquet de l'Encelade

 

VersaillesGrandesEaux-13

Castor et Pollux

 

VersaillesGrandesEaux-14

Le bosquet d'Apollon

 

VersaillesGrandesEaux-15

Une vasque, parmi tant d'autres

 

VersaillesGrandesEaux-16

Galymède

 

VersaillesGrandesEaux-17

Feu d'artifices, fin de la balade nocturne dans les jardins du Chateau de Versailles !

 



Repost 0
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 14:00

.

 

Michel Ier, roi de Roumanie

 

Roumanie-MichelI

 

Nom du souverain : 

Michel Ier (Mihai Ier)

Titre :

roi de Roumanie

Nom de la dynastie:

Hohenzollern (-Sigmaringen), maison régnante depuis 1866

Date de naissance :

25 octobre 1921

Date d'accession :

1er règne : 20 juillet 1927,

2ème règne : 6 septembre 1940

Parents :

Charles II (Carol II), roi de Roumanie, et Hélène de Grèce

Date de mariage :

10 juin 1948

Nom du conjoint :

Anne de Bourbon-Parme, fille du prince René de Bourbon-Parme et de la princesse Margrethe de Danemark

Date de naissance :

18 septembre 1923

 

Le roi Michel Ier de Roumanie est le doyen des souverains européens, et même du monde. Sa première élévation à la dignité royale date de 1927. Première, car Michel Ier a la double particularité :

- d'avoir eu deux règnes, de 1927 à 1930, et de 1940 à 1947,

- d'avoir eu pour successeur son propre père, le roi Charles II (Carol II).

 

En effet, au décès de son grand-père, Ferdinand Ier, le prince Charles avait été écarté de la succession. Ce fut donc le jeune prince Michel, 5 ans, qui devint roi, sous la régence de son oncle Nicolas, du patriarche Miron Cristea et du président de la Cour de Cassation Gheorghe Buzdugan. En 1930, le retour surprise du prince Charles bouleverse cet équilibre, et le père renverse le fils, se proclamant roi et rétrogradant Michel au titre de prince héritier. Mais en 1940, Charles II est lui-même renversé par le maréchal Ion Antonescu, pro-allemand, qui remet sur le trône le jeune roi Michel, âgé de 18 ans.

 

Le 23 août 1944, c'est au roi de prendre sa revanche sur Antonescu qu'il fait emprisonner. Puis il rejoint le camp des Alliés et déclare la guerre à l'Allemagne nazie. Cependant, cette réaction un peu tardive ne peut empêcher l'occupation du pays par l'armée soviétique.

 

Après la nomination d'un gouvernement pro-soviétique en 1945, la situation se dégrade, et les communistes contraignent Michel Ier à abdiquer (30 décembre 1947), puis abolissent la monarchie. Dès janvier 1948, Michel Ier doit partir en exil, au Royaume-Uni, puis en Suisse.

 

Malgré l'adversité du moment, Michel Ier épouse en juin 1948 une jeune princesse rencontrée l'année précédente à l'occasion du mariage de sa cousine Elisabeth du Royaume-Uni avec le prince Philippe. Cette princesse, Anne de Bourbon-Parme, devient donc instantanément la reine Anne

 

Passionné d'aéronautique, le roi Michel entame ensuite une carrière de pilote de ligne.

 

Le couple royal a eu 5 filles :

- la princesse Marguerite (Margareta) (1949), princesse héritière et gardienne de la Couronne de Roumanie, épouse en 1996 Radu Duda (1960), titré « prince de Hohenzollern-Veringen » (1999) puis « prince de Roumanie » avec prédicat d'altesse royale (2007) ;

- la princesse Hélène (Elena) (1950), épouse en 1983 (divorce en 1991) Robin Medforth-Mills (1942), puis épouse en 1998 Alexander Philipps Nixon McAteer (1964). Du premier mariage : le prince Nicolae de Roumanie (Nicholas de Roumanie Medforth-Mills) "prince de Roumanie" avec prédicat d'altesse royale le 1er avril 2010, jour de son 25e anniversaire , et Elisabeth (Elisabeta) (1989),

- la princesse Irène (Irina) de Roumanie (1953), épose en 1984 John Kreuger (1945), d'où : Michael Kreuger (1985) et Angelica Kreuger (1986),

- la princesse Sophie (Sofia) de Roumanie (1957), épouse en 1998 (divorce 2002) Alain Biarneix (1957), d'où : Elisabeta Biarneix (1999),

- la princesse Marie de Roumanie (1964), épouse en 1995 (divorce en 2000) Kazimierz Mystkowski (1958).

 

Le retour du roi en Roumanie se produisit en trois étapes :

 

1- Suite à la révolution de 1989 qui voit la chute de Nicolae Ceausescu, Michel Ier revient en Roumanie en 1990, mais le fragile gouvernement de Ion Iliescu décide de reconduire le roi à la frontière craignant une possible contagion de l'idée d'une restauration.

 

2- En 1992, le président Ion Iliescu autorise le roi à revenir pour les fêtes de Pâques, mais le succès populaire de ce retour inquiète le pouvoir en place (un million de roumains viennent à sa rencontre à Bucarest). Le territoire roumain sera donc interdit au roi pendant 5 ans…

 

3- En 1997, le gouvernement du président Emil Constantinescu redonne la citoyenneté roumaine au roi, et l'autorise durablement à revenir en Roumanie, où diverses anciennes possessions de la famille royale lui sont restituées.

 

Michel Ier a maintenant le statut d'ancien chef de l'Etat.

 

L'aînée, Marguerite, a longtemps été considérée comme princesse héritière malgré la loi salique en vigueur dans les anciens statuts de la famille royale. Mais le roi a signé en 2007 un nouveau statut de la maison royale (lois fondamentales) qui prévoit la succession féminine au trône roumain. Ainsi, la princesse Marguerite est-elle officiellement devenue princesse héritière, puis, après elle, ses sœurs et leurs enfants.

 

Une autre branche de la maison Hohenzollern fait également valoir ses prétentions au trône roumain, en la personne de Paul Philippe Lambrino von Hohenzollern. La polémique n'est pas prête de s'éteindre…

 

 

Les 10 premiers successibles sont :

 

1-    la princesse Marguerite (Margareta) de Roumanie (1949), fille du roi Michel Ier,

2-    la princesse Hélène (Elena) de Roumanie (1950) fille du roi Michel Ier,

3-    le prince Nicolas (Nicholas) de Roumanie Medforth-Mills (1985), fils de la princesse Hélène et de Robin Medforth-Mills, créé prince de Roumanie (2010),

4-    Elisabeth (Elisabeta) de Roumanie, née en 1989, fille de la princesse Hélène et de Robin Medforth-Mills,

5-    la princesse Irène (Irina) de Roumanie (1953), fille du roi Michel Ier,

6-    Michael Kreuger (1985), fils de la princesse Irène et de John Kreuger,

7-    Angelica Kreuger (1986), fille de la princesse Irène et de John Kreuger,

8-    la princesse Sophie (Sofia) de Roumanie (1957), fille du roi Michel Ier,

9-    Elisabeth (Elisabeta) Biarneix (1999), fille de la princesse Sophie et d'Alain Biarneix,

10-  la princesse Marie (Maria) de Roumanie (1964), fille du roi Michel Ier.

 

 

Pour les articles concernant d'autres personnages, voir : http://yolio.over-blog.com/article-les-portraits-royaux-nouvelle-serie-historique-106662530.html

 

Repost 0
Published by Yolio - dans histoire
commenter cet article
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 19:00

 

.

 

MonteAlban-juin2010-505aLe nom même du site est mystérieux. Peut-être la région a-t-elle appartenu à une famille espagnole du nom de Montalbán ? Ou bien il pourrait s'agir d'un dérivé de Monte Albar (mont blanc) car la montagne est couverte d'un arbuste, le casahuate dont les fleurs sont blanches… En zapotèque le site s'appelle Danipaguache (montagne sacrée), et en mixtèque Yucucuy (mont vert).

 

La cité-Etat de Monte Alban (Etat d'Oaxaca) aurait été fondée par les olmèques, puis reprise par les zapotèques. Ces derniers en auraient fait leur principal centre social et culturel, une sorte de "capitale". Son développement maximal date de 200 à 600. Pour une raison encore inconnue, la cité de Monte Alban est abandonnée vers le milieu du VIIe siècle. Au XIIe siècle, elle connait une résurrection. Les Mixtèques s’y installent. Ils y resteront jusqu'à l'arrivée des conquistadors au XVIe siècle.

 

Ce site est intéressant à plusieurs titres. Les spécialistes des civilisations mésoaméricaines pourront dire bien des choses, mais pour ma part, j'ai retenu 2 points principaux.

 

Tout d'abord, le cadre : le site est perché sur un piton rocheux à 1941 mètres d'altitude, au beau milieu des montagnes des hauts plateaux. Le cadre est magnifique, dans la nature, rien autour ! Et tout au fond de la vallée, la ville qui se développe comme une araignée qui ne contrôlerait pas le mouvement de ses pattes. Un moment de sérénité…

 

Ensuite, ce qui est remarquable c'est la grandeur du site. Au sommet de l'éperon, on découvre cette grande esplanade, issue de l'arasement de la montagne. La "Gran Plaza" mesure 300 m de long et 150 m de large. Elle est bordée de divers structures et bâtiments et, au milieu un drôle de bâtiment dont on ne voit pas tout de suite pourquoi il se situe là (l'observatoire) !

 

Le site

 

Autour de la Gran Plaza

 

- la plate-forme nord : il s'agit d'une énorme construction rectangulaire de pierre et de terre. Au sommet, se trouvaient des ensembles de bâtiments (temples et palais résidentiels). Elle présente un espace étonnant et atypique : le Patio Hundido (Cour creusée), ample cour en dénivelé de la plate-forme. Parmi les autres monuments de la plate-forme : le Monument orné (Edificio Enjoyado) et le monument du Sommet géodésique du site (Edificio de Vértice Geodésico).

 

- derrière la plate-forme nord, se trouvent un complexe funéraire, les ruines du palais de Ocote, les monticules X et nord-est.

 

- l'ensemble "est" est composé : du jeu de balle (au plan original en forme de I, mesure 40 m de long sur 7 m, portés à 22 au niveau des extrémités appelées cabezales, les murs étaient recouverts de fresques peintes), du temple aux Idoles (Adoratorio), du monument P, du palais et du monticule Q.

 

- l'édifice des Danzantes (période I, ce qui en fait l'un des plus anciens bâtiments) : le côté et l'arrière du bâtiment sont couverts des pierres sculptées dites "danzantes" (littéralement "procession des danseurs"). Les personnages sont nus, dans des positions de contorsion. Il ne s'agirait cependant pas de danseurs. Les scientifiques y voient des prisonniers sacrifiés ou des personnes handicapées qui auraient été considérées comme "des êtres magiques"…

 

Au centre de la Gran Plaza

 

- les trois pyramides G, H et I

 

- le bâtiment J (époque II), seul bâtiment à ne pas être positionné selon la même orientation que les autres (forme un angle de 45 degrés avec les autres constructions), et à posséder un plan non rectangulaire mais pentagonal en forme de pointes de flèche. Il est couramment admis qu'il s'agisse d'un observatoire astronomique, mais certains chercheurs y ont vu aussi un monument commémoratif en raison des sculptures qui le décorent, représentant des peuples soumis…

 

- la tombe 104 (construite entre 500 et 700), comprend une résidence raffinée, avec une cour carré sous laquelle se situe la tombe. Façade décorée, et intérieur aux peintures murales polychromes

 

- la tombe 7 (construite vers l'an 1 après JC), de période zapotèque. Elle fut réutilisée par les mixtèques qui y enterrèrent leurs dignitaires, sans pour autant déloger les anciens occupants (ossement et objets mortuaires), ce qui est assez élégant pour être signalé ! Découverte en 1932 par Alfonso Caso, elle n'avait pas été rouverte depuis les mixtèques, ce qui permet de découvrir un trésor de plus de 400 artefacts mortuaires en or, argent, turquoise, albâtre, corail, ivoire, perle, nacre, obsidienne et ambre.

 

Pour voir le carnet de route de tout le voyage au Mexique : http://yolio.over-blog.com/article-voyage-au-mexique-enchantement-et-decouverte-itineraire-1-4-54397550.html

 

Historique

 

500 à 200 av JC :   période dite "période I", correspondant à la culture olmèque. Occupation du site, constructions en bois, début des travaux de terrassement puis constructions en pierre. Sculpture des "danzantes"

100 av JC -200 ap JC :  période II, développement de la cité, avec réemploi d'éléments antérieurs

200-600 :                période III, période d'or de la cité-Etat qui compte environ 40 000 habitants et s'étend sur 20 km². Développement de terrasses d'habitation sur les montagnes avoisinantes.

1806 :    découverte et premières fouilles par Guillermo Dupaix, mise à jour de danzantes

1857 et 1882 : Désiré Charnay, explorateur et photographe français, visite le site et en fait une description.

1881 :    visite et description par A. F. Bandelier

1883 :    visites par J. B. Carriedo, Murguía, Galindo et H. Bancroft

William Holmes qui, dans son travail intitulé Archeological Studies Among Ancient Cities of México, publia un plan et une description de chaque structure de la Gran Plaza.

1899 :    étude de Saville qui montre l'appartenance de Monte Alban à la culture Zapotèques.

1902 :    premières fouilles officielles gouvernementales, dirigées par Leopoldo Batres.

1931 :    nouvelle campagne de fouilles, dirigées par l’archéologue mexicain Alfonso Caso ; découverte de cent soixante-douze tombes, divers bâtiments dont le Patio Hundido.

1987 :    inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO

1993 :    intégration de la zone archéologique dans un parc protégé de 2 078 hectares.

 

MonteAlban-juin2010-501a

Plan général du site

 

MonteAlban-juin2010-502a

L'oratoire et la gran plaza, vus de la plate-forme sud

 

MonteAlban-juin2010-503a

 

MonteAlban-juin2010-504a

 

MonteAlban-juin2010-505a

 

MonteAlban-juin2010-506a

Toltèque, mixtèque ou zapotèque ?

 

MonteAlban-juin2010-507a

 

MonteAlban-juin2010-508a

Un pesonnage des "danzantes"

 

MonteAlban-juin2010-509a

 

MonteAlban-juin2010-510a

 

MonteAlban-juin2010-511a

le Patio Hundido (Cour creusée)

 

MonteAlban-juin2010-512a

Quelques objets présentés au musée du site

 

MonteAlban-juin2010-513a

 

MonteAlban-juin2010-514a

 

MonteAlban-juin2010-515a

 

MonteAlban-juin2010-plan

 

MexiqueCarte1-MonteAlban

 


Repost 0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 22:40

.

 

Nancy-St-Joseph-01Récemment, au cours d'une balade, nous sommes tombés sur un complexe à l'abandon. Poussé par notre curiosité, nous avons franchi le périmètre, pour visiter… C'était un moment étrange, particulier. Ce n'est pas la première fois que nous trainons dans un site industriel abandonné ou autre… Mais là, il régnait une atmosphère très particulière. On se serait cru dans un film d'anticipation, style "28 jours après", "l'Armée des 12 singes", ou "Je suis une légende"…

 

Le complexe est dans un état avancé de dégradation. Plus aucune vitre entière, beaucoup de mobilier cassé… Après quelques minutes de flânerie, on comprend qu'il s'agit d'une ancienne école, avec un complexe sportif, un groupe d'immeubles pour les matières dites "académiques", un bâtiment pour les matières "technologiques", un bâtiment d'internat, et un centre de restauration.

 

Un nom trouvé sur place : "Institution Saint Joseph".

 

Après enquête, il s'agit d'un ancien lycée professionnel. Il était géré par les Frères des Ecoles Chrétiennes, qui exerçaient la tutelle de l'Institution. Le lycée de Laxou était l'héritier de l'établissement créé 138 ans plus tôt à Nancy. En lisant les différents articles que l'on peut trouver sur internet ou autre, on a le sentiment d'un certain gâchis. Une baisse du nombre d'élève et une réorganisation de l'école catholique du secteur ont conduit à la fermeture du site en 2009. L'Institution comptait 600 élèves. A priori, la chute fut brutale, l'atterrissage tourmenté, et l'établissement fut fermé … en toute hâte ! Une fin difficilement compréhensible quand on a vu le site, qui devait être une magnifique école…

 

Le sentiment qui domine lors de la visite du site, c'est celui de la "précipitation". On a l'impression que, du jour au lendemain, le site a été abandonné de ses occupants. Nombre de classes sont restées avec leur mobilier. A titre d'exemple, la bibliothèque contient toujours, tombés à terre dans un monticule prêt à l'autodafé, quantité de livres scolaires d'histoire-géographie (j'ai fait mon marché du coup…), de français, et autres documentations pédagogiques à l'attention des professeurs et personnels administratifs. Une pièce qui devait être celle du gestionnaire (économe) contient toujours les relevés de comptes, classés chronologiquement dans leur enveloppe d'origine… Les classes d'histoires ont encore leurs cartes murales, malheureusement trop dégradées pour être sauvées. Mais il y a une belle carte d'Europe peinte au mur, et pas encore trop gâchée. Les classes de science ont gardé un laboratoire, passablement dégradé, où l'on trouve sur étagère et au sol, des minéraux, des livres de science, des pipettes et tubes, des flacons dont certains contiennent encore des fluides divers et variés… Enfin, on trouve encore plein d'indices qui montrent que tout a été laissé là, en l'état.

 

Comme une Pompéi moderne qui aurait été plongée dans le néant.

 

Mais pour autant, ce n'est pas un site "mort". En quelques heures, on y a croisé deux tagueurs en cours d'exécution de leurs œuvres, un trio de jeunes installés dans une ancienne classe et venus passer la soirée avec musique et casse-croute, et deux gars venus faire des photos du site pour alimenter leur site de lieux "étranges et désaffectés"…

 

Pour une visite du site, voir le lien suivant :

http://www.dailymotion.com/video/xpxx6l_devastation-institut-saint-joseph_creation

 

Nancy-St-Joseph-02

 

Nancy-St-Joseph-03

 

Nancy-St-Joseph-04

Un sentiment écrit "avec le coeur" sur le gymnase

 

Nancy-St-Joseph-05

Le gymnase, où l'on pratiquait le basket-ball, avant de bruler les paniers

 

Nancy-St-Joseph-06

 

Nancy-St-Joseph-07

Dans les salles d'histoire-géo, une carte de l'Union Européenne, la seule qui ait survécu...

 

Nancy-St-Joseph-08

Au laboratoire de sciences, minéraux et coquillages

 

Nancy-St-Joseph-09

Au labo, carottes et petits matériels

 

Nancy-St-Joseph-10

 

Nancy-St-Joseph-11

Derrière le labo, des flacons variés...

 

Nancy-St-Joseph-12

 

Nancy-St-Joseph-13

Armoire de l'une des chambres de l'internat

 

Nancy-St-Joseph-14

 

Nancy-St-Joseph-15

Dans la pièce principale, qui servait sans doute également de chapelle, détail d'une fresque représentant sans doute la crucifiction. 

Repost 0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 09:34

.

 

JohnCarter-03Il n'y a pas eu beaucoup de publicité autour de ce film. Alors quand je suis allé le voir, je ne m'attendais pas à grand-chose, une vague production Disney, une histoire creuse et quelques effets spéciaux moisis…

 

Et bien ça a été tout le contraire. Ce film est une réussite !

 

Pour l'histoire, il s'agit de l'adaptation d'une saga écrite en 1912 par Edgar Rice Burroughs. C'est ce même auteur qui est à l'origine de Tarzan qui a connu un destin fabuleux en BD, cinéma et télévision. John Carter a également eu son heure de gloire, mais il est bien moins connu maintenant. Et pourtant, l'univers créé par Edgar Rice Burroughs est particulièrement bien conçu. On pourrait croire, après la saga de la Guerre des Etoiles, que tout a été dit ou imaginé. Et bien non. Dans ce monde martien créé en 1912, il y a encore des nouveautés, une façon innovante de présenter les choses.

 

Les décors et les costumes sont très bons, la vie martienne est un véritable univers, avec ses civilisations concurrentes, ses codes… Le film d'Andrew Stanton est truffé d'effets spéciaux très bien peaufinés. Le couple Taylor Kitsch (John Carter) et Lynn Collins (Dejah Thoris) fonctionne bien. Ils sont beaux, ils jouent bien, que demander de plus ! L'ensemble est très agréable, tonique et l'on passe un excellent moment.

 

Donc après les craintes, le soulagement, et même le plaisir.

 

JohnCarter-04

 

JohnCarter-02

 

JohnCarter-01

 

JohnCarter-05

 

JohnCarter-06

 

JohnCarter-07

 

JohnCarter-08

 

JohnCarter-09


Repost 0
Published by Yolio - dans arts-spectacles
commenter cet article
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 11:00

.

 

Elisabeth II, reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord

 

RoyaumeUni-ElisabethII


Nom du souverain : 

Elisabeth II (Elizabeth II)

Titres :

reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Ireland du Nord

chef du Commonwealth

défenseur de la foi et chef de l'Eglise anglicane

(Elizabeth the Second, by the Grace of God, of the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland, and of Her other Realms and Territories, Queen, Head of the Commonwealth, Defender of the Faith)

Nom de la dynastie:

Windsor (depuis 1917, en changement du nom dynastique de Saxe-Cobourg-Gotha)

dynastie régnante depuis 1901

Date de naissance :

21 avril 1926

Date d'accession :

6 février 1952, couronnée le 2 juin 1953

Parents :

Roi Georges VI et Elisabeth Bowes-Lyon

Date de mariage :

20 novembre 1947

Nom du conjoint :

Philippe Mountbatten, né prince de Grèce et Danemark, duc d'Edimbourg

Date de naissance :

10 juin 1921

 

Elisabeth II est en passe de devenir la reine de tous les records : 60 ans de règne cette année ! Pour mémoire, le règne de l'illustre aïeule, Victoria, a duré 64 ans... Son titre de chef du Commonwealth lui confère, outre son présent titre royal, le titre de reine de 15 autres pays !

 

A sa naissance, Elisabeth, fille du prince Albert de Grande-Bretagne, n'est pas destinée à régner. Mais l'abdication d'Edouard VIII en 1936 a pour conséquence l'élévation d'Albert aux fonctions royales, sous le nom de règne de Georges (George) VI. Elisabeth devient reine à 27 ans, suite au décès de son père Georges VI, apprenant la nouvelle au Kenya où elle effectue une visite d'Etat. Son couronnement fut retransmis en mondovision (http://www.ina.fr/video/AFE85005107/le-couronnement-d-elizabeth-ii-la-ceremonie-a-westminster.fr.html)

 

A l'occasion de son mariage avec celle qui n'est encore que princesse héritière, Philippe, prince de Grèce et Danemark, est naturalisé britannique, change son nom en "Mountbatten" et devient duc d'Edimbourg.

 

Le couple a 4 enfants :

- Charles (1948), prince de Galles (1958), épouse en 1981 (divorce en 1996) Diana Spencer (1961-1997), épouse ensuite en 2005 Camilla Parker Bowles (1947), duchesse de Cornouailles (2005). Du premier mariage :

- Guillaume (William) de Cambridge (1982), duc de Cambridge depuis 2011 qui épouse en 2011 Catherine Middleton (1982) ;

- Henry (Harry) (1984) ;

- Anne (1950), princesse royale depuis 1987, épouse en 1973 (divorce en 1992) Mark Phillips (1948), épouse ensuite en 1992 Timothy Laurence (1955). Du premier mariage :

- Peter Phillips (1977) épouse en 2008 Autumn Kelly (1978), d'où Savannah Phillips (2010) et Isla Elizabeth Phillips (2012) ;

- Zara Phillips (1981) épouse en 2011 Mike Tindall (1978) ;

- André (Andrew) (1960), duc d'York depuis 1986, épouse en 1986 (divorce en 1996) Sarah Ferguson (1959), d'où Beatrice (1988) et Eugenie (1990) ;

- Edouard (Edward) (1964), comte de Wessex depuis 1999, épouse en 1999 Sophie Rhys-Jones (1965), d'où Louise (2003) et James (2007), vicomte Severn depuis 2007.

 

La succession de la reine est donc bien assurée. Elle suit la règne de la primogéniture avec priorité aux hommes : l'héritier est donc le fils ainé du souveraine, qui est titré prince de Galles, puis viennent ses enfants, puis ses frères et leurs enfants, puis sa sœur et ses enfants.

 

La participation des peuples britanniques et du Commonwealth aux festivités du jubilé de la reine est un véritable baromètre de la popularité de la souveraine et de l'institution monarchique qu'elle personnifie.

 

 

Les 10 premiers successibles sont :

 

1-    le prince Charles (1948), prince de Galles, fils de la reine Elisabeth II, épouse en 2005 Camilla Parker Bowles (1947),

2-    le prince Guillaume (William) (1982), duc de Cambridge, fils de Charles de Galles et de Diana Spencer,

3-    le prince Henry de Galles (1984), fils de Charles de Galles et de Diana Spencer,

4-    le prince André (Andrew) (1960), duc d'York, fils de la reine Elisabeth II,

5-    la princesse Béatrice d'York (1988), fille d'Andrew d'York et de Sarah Ferguson,

6-    la princesse Eugénie d'York (1990), fille d'Andrew d'York et de Sarah Ferguson,

7-    le prince Edouard (Edward) (1964), comte de Wessex, fils de la reine Elisabeth II,

8-    le prince James de Wessex (2007), vicomte Severn, fils d'Edouard de Wessex et de Sophie Rhys-Jones,

9-    la princesse Louise Windsor de Wessex (2003), fille d'Edouard de Wessex et de Sophie Rhys-Jones,

10-  la princesse Anne (1950), princesse royale, fille de la reine Elisabeth II.

 

Pour les articles concernant d'autres personnages, voir : http://yolio.over-blog.com/article-les-portraits-royaux-nouvelle-serie-historique-106662530.html

Repost 0
Published by Yolio - dans histoire
commenter cet article
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 13:57

.

 

Ces mois de mai et juin, avec la célébration du jubilé de diamant de la reine Elisabeth II, sont l'occasion rêvée pour inaugurer une nouvelle série historique : les portraits royaux. En fait, il s'agira de montrer d'une part la diversité des titulatures et les personnes assumant le titre et, d'autre part, l'universalité du "principe monarchique". Mais ce n'est pas parce qu'on porte un titre prestigieux qu'une réalité politique y est encore attachée…

 

Il est vrai que d'un point de vu international les monarchies sont minoritaires (197 pays internationalement reconnus, dont encore 45 monarchies). Mais on oublie souvent que le principe monarchique, même s'il n'est pas exercé au titre de la souveraineté, reste pour nombre de communautés une référence culturelle voire spirituelle. A ce titre, j'ai également associé à cette catégorie certains grands représentants religieux qui soit ont un statut officiel national ou international, soit sont tout particulièrement représentatifs de leur communauté.

 

Il sera donc question :

- des souverains régnants,

- des prétendants au trône ou chefs de famille anciennement régnante,

- des prétendants des branches dynastiques concurrentes,

- des dynastes des monarchies dites "intermédiaires", c'est à dire possédant ou non un statut officiel national, dans un pays qui est ou non une monarchie (on pourrait dire des "souverains régionaux"),

- des grands représentants religieux.


Monarchies-2

  

Pour voir l'ensemble des protraits :

http://souverainsdumonde.over-blog.com/

 

Pour voir les articles spécifiques à certains personnages déjà en ligne : 

 

Australie

Elisabeth II, reine d'Australie

http://yolio.over-blog.com/article-elisabeth-ii-reine-d-australie-114113772.html

 

Belgique

Albert II, roi des Belges

http://yolio.over-blog.com/article-albert-ii-roi-des-belges-de-belgique-118929972.html

 

Bulgarie

Siméon II, roi de Bulgarie

http://yolio.over-blog.com/article-simeon-ii-roi-des-bulgares-de-bulgarie-115865845.html


Chine

Puren, empereur de Chine

http://yolio.over-blog.com/article-puren-empereur-de-chine-petit-frere-du-dernier-empereur-117460116.html

 

Mongolie

Jampal Namdröl Chökyi Gyaltsen, 9ème Jebtsun Dhamba Khutughtu et empereur de Mongolie

http://yolio.over-blog.com/article-jampal-namdrol-chokyi-gyaltsen-9eme-jebtsun-dhamba-khutughtu-et-empereur-de-mongolie-109862516.html

 

Pays-Bas

Béatrice Ière, reine des Pays-Bas

http://yolio.over-blog.com/article-beatrice-iere-reine-des-pays-bas-115838351.html

 

Roumanie

Michel Ier, roi de Roumanie

http://yolio.over-blog.com/article-michel-ier-roi-de-roumanie-107275826.html

 

Royaume-Uni

Elisabeth II, reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord

http://yolio.over-blog.com/article-elisabeth-ii-reine-du-royaume-uni-de-grande-bretagne-et-d-irlande-du-nord-106663911.html

 

Tibet

Tenzin Gyatso, 14ème Dalaï-lama et chef du Tibet

http://yolio.over-blog.com/article-tenzin-gyatso-14eme-dalai-lama-et-chef-du-tibet-112526834.html

 

Vatican

Benoit XVI, pape et souverain du Vatican

http://yolio.over-blog.com/article-benoit-xvi-pape-et-souverain-de-la-cite-du-vatican-115387193.html

 

 

 


 

Repost 0
Published by Yolio - dans histoire
commenter cet article
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 21:42

.

 

Emmanuel-18mois-003Depuis les fêtes de fin d'année, il s'en est passé dans la vie du petit bonhomme.

 

En février, il y a eu la neige. Ce n'était pas une nouveauté, puisqu'il a neigé juste après sa naissance, avec un mois de janvier blanc. Mais c'était la première fois qu'il marchait là-dedans, emmitouflé dans sa combinaison de cosmonaute, pour faire un bonhomme de neige avec Pakal !

 

Les livres ont pris une grande importance, surtout ceux qui font du bruitage ou de la musique. Celui qui raconte la vie dans un château-fort, c'est l'un des meilleurs.

 

A la piscine, on s'éclate et on prend les bouées-brassard pour aller dans le grand bain se dégourdir les jambes. Et comme ce n'est plus un bébé, mais un petit garçon, il boit son biberon tout seul le matin, en quelques minutes parce qu'il fait faim au lever, et il mange de plus en plus souvent seul avec sa cuillère… Avec plus ou moins de réussite, mais l'intention est là !

 

Chez tatie Claudie, on a aussi fait la connaissance des poules, de très près, et on a essayé de jouer au ballon avec elles, mais pour ça, elles ne sont pas joueuses… Mais une poule, c'est intéressant. Ça donne des idées…

 

Emmanuel-18mois-009Entre autres activités, il y a aussi l'éveil musical. Presque tous les soirs, on joue au piano (c'est des morceaux encore un peu "contemporains" dans leur approche, pas encore les grands classiques !), on bien on joue de la flûte dans la chambre, on chante, et il y a aussi les instruments à percussion au relais des assistantes maternelles.

 

En avril, fêtes religieuses obligent, on a été récupérer notre brin de rameau à l'église d'Épône, et puis la semaine suivante, il y a eu la chasse aux œufs. Enfin les chasses, car il y en a eu une première chez maman, une seconde au relais (pour l'occasion, il avait lui-même décoré son chapeau), et une troisième à la maison ! Ça en fait du chocolat tout ça ! A manger avec modération, mais c'est bigrement bon.

 

Emmanuel-18mois-014C'était aussi la saison de s'occuper des plantes du jardin. Très rigolo et intéressant de mettre les plantes dans les pots avec ses petits outils, et ensuite d'arroser le tout avec son petit arrosoir. Avec papa et Pakal, Emmanuel s'est également essayé à la cueillette des légumes à la ferme. Pour les travaux de la maison, on savait déjà que l'aspirateur et le balai le passionne, mais en plus on a appris à mettre le repas des chats.

 

Le mois de mai a été le mois des visites des mamies : un vrai défilé : mamie Arlette (et papi Claude bien sûr) à l'occasion de leur retour de voyage, mamie Madeleine qui a fait des lectures et qui est venu à la piscine, et "mamie" Marie (J) avec laquelle on a déjeuné (et Mélanie aussi bien sûr).

 

Et, cerise sur le gâteau, nous sommes allés en famille faire notre devoir national, pour voter au deuxième tour de l'élection présidentielle. Comme ça, en plus de la bonne action, on a dit bonjour à tatie Patricia qui était réquisitionnée pour l'occasion, et à madame le maire.

 

Emmanuel-18mois-025Côté distractions, on a pu aussi mettre en fonction le bac à sable "coquillage". Pour la partie "piscine", on attendra quand même que les jours chauds s'installent vraiment. Mais déjà, faire des pâtés et promener le sable partout dans la cour, ça occupe ! Et en attendant, on est allé à la fête foraine, avec un petit tour de manège, dans l'avion, bien attaché sur le siège… Et chez maman et Victor-Pierre, il y a eu les balades, les jeux, la visite au zoo, … et une séance Indiana Jones. Il faut dire que dès qu'il y a des jeux pour enfants avec des parcours "aventure", il n'est pas le dernier à y aller. Un peu casse-cou pour l'instant !

 

Côté statistique, le bonhomme a dépassé les 12 kg, pour 81 cm. Et on en est à 9 dents ! Il n'est définitivement plus un bébé ! Mais pas encore un grand garçon non plus. Qu'il prenne son temps pour grandir.

 

 

 

 

 

 

Emmanuel-18mois-001

Le bonhomme de neige, et le bonhomme dans la neige

 

Emmanuel-18mois-002

Moment lecture, en grignottant son bout de pain, comme papa !

 

Emmanuel-18mois-004

La piscine : toujours un bon moment

 

Emmanuel-18mois-005

Biberon du matin, et cheveux plaqués, avant que les boucles ne reprennent le dessus

 

Emmanuel-18mois-006

Ecriture, c'est pas facile...

 

Emmanuel-18mois-003

On s'en met un peu partout... !

 

Emmanuel-18mois-007

Bonjour la poule, c'est qui qui va te courir après dans quelques instants ?

 

Emmanuel-18mois-008

L'oeuf de la poule ? ou un drôle de ballon...

 

Emmanuel-18mois-009

Avec tatie Patricia, musique !

 

Emmanuel-18mois-010

Et un joli brin de Rameaux, pour le dimanche du même nom

 

Emmanuel-18mois-011

Sérieux, on mange !

 

Emmanuel-18mois-012

Chasse aux oeufs, avec le beau chapeau

 

Emmanuel-18mois-013

Séance de sport avec Pakal. Enfin, la séance, c'est pour Pakal, et les rires, c'est pour Emmanuel

 

Emmanuel-18mois-014

Jardinage, pour avoir de belles fraises

 

Emmanuel-18mois-015

Pause déjeuner, chez Ronald

 

Emmanuel-18mois-016

Pause déjeuner aussi pour les chats

 

Emmanuel-18mois-018

Lecture par mamie Madeleine

 

Emmanuel-18mois-019

Jeu dans le bac à sable de mamie Arlette et papi Claude

 

Emmanuel-18mois-020

Avec Marie et Mélanie

 

Emmanuel-18mois-021

Anniversaire de Floriane

 

Emmanuel-18mois-022

Au piano, avec papa

 

Emmanuel-18mois-025

Indiana Jones Emmanuel avec maman

 

Emmanuel-18mois-024

Aux commandes de la fusée ! Une grande première

 

Emmanuel-18mois-026

Bien sage, à côté de papi et mamie

 

Emmanuel-18mois-027

Avec tonton Thierry, tata Béatrice, Sarah, Mathilde et Clémence, pour la Communion de Mathilde

 

Emmanuel-18mois-023

Un petit gâteau...

Repost 0
Published by Yolio - dans mon petit coin
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Yolio
  • Le blog de Yolio
  • : Il faut être curieux de tout. N'hésitez pas à laisser vos commentaires, impressions… Ou plus simple : inscrivez-vous à la newsletter pour toutes les nouveautés en temps réel :)
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens