Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 12:00

.

 

Dracula-2Ce qui est bien quand on ne s'attend pas à grand-chose d'un spectacle, c'est qu'on peut avoir une bonne surprise. Et ça a été le cas.

 

On va passer vite sur la partie faible du spectacle, c’est-à-dire les musiques. Les chansons et musiques ne sont globalement pas très intéressantes… Bon, on pouvait s'y attendre dans la mesure où il s'agit d'un spectacle conçu par un chorégraphe, qu'on peut donc naturellement penser plus sensible à la danse qu'à la musique…

 

 

 

 

 

 


Dracula-81Alors cette danse justement… Et bien, il y a eu de très bons moments. Notamment le duo de Golan Yosef (Dracula) et Nathalie Fauquette (Mina) dans la première partie. C'est un moment rare de grâce et de légèreté, d'une très grande expressivité. Il y a aussi le très beau tableau de l'arrivée de l'ange (Florent Torres), avec une utilisation totale de la scène et de la salle, dans toutes leurs dimensions.

 

Le problème c'est que ces bons moments sont noyés dans un fatras de tableaux parfois trop chargés, peu lisibles, et qui viennent casser la dynamique du spectacle…

 

Enfin, c'était un bon moment, avec de bonnes choses. Plus de bonnes choses que ce que nous nous attendions à trouver, donc aucun regret !

 

Dracula-71

Dracula-3

Dracula-5

Dracula-1

Repost 0
Published by Yolio - dans arts-spectacles
commenter cet article
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 23:01

.

 

ImpromptuVersailles-3(Mlle Béjart) Si cela vous faisait trembler, vous prendriez mieux vos précautions, et n'auriez pas entrepris en huit jours ce que vous avez fait.

 

(Molière) Le moyen de m'en défendre quand un roi me l'a commandé?

 

(Mlle Béjart) Le moyen! Une respectueuse excuse fondée sur l'impossibilité de la chose dans le peu de temps qu'on vous donne; et tout autre en votre place ménagerait mieux sa réputation, et se serait bien gardé de se commettre comme vous faites. Où en serez-vous, je vous prie, si l'affaire réussit mal? Et quel avantage pensez-vous qu'en prendront tous vos ennemis?

 

(Mlle de Brie) En effet, il fallait s'excuser avec respect envers le Roi, ou demander du temps davantage.

 

(Molière) Mon Dieu, Mademoiselle, les rois n'aiment rien tant qu'une prompte obéissance, et ne se plaisent point du tout à trouver des obstacles. Les choses ne sont bonnes que dans le temps qu'ils les souhaitent; et leur en vouloir reculer le divertissement est en ôter pour eux toute la grâce. Ils veulent des plaisirs qui ne se fassent point attendre, et les moins préparés leur sont toujours les plus agréables, nous ne devons jamais nous regarder dans ce qu'ils désirent de nous, nous ne sommes que pour leur plaire; et lorsqu'ils nous ordonnent quelque chose, c'est à nous à profiter vite de l'envie où ils sont. Il vaut mieux s'acquitter mal de ce qu'ils nous demandent, que de ne s'en acquitter pas assez tôt; et si l'on a la honte de n'avoir pas bien réussi, on a toujours la gloire d'avoir obéi vite à leurs commandements. Mais songeons à répéter s'il vous plaît.

 

L'impromptu de Versailles, Molière

(Mlle Béjart, Molière et Mlle de Brie, scène I)

 

 

ImpromptuVersailles-5(Molière) Taisez-vous, ma femme, vous êtes une bête.

 

(Mlle Molière) Grand merci Monsieur mon mari, voilà ce que c'est, le mariage change bien les gens, et vous ne m'auriez pas dit cela il y a dix-huit mois.

 

(Molière) Taisez-vous, je vous prie.

 

(Mlle Molière) C'est une chose étrange, qu'une petite cérémonie soit capable de nous ôter toutes nos belles qualités, et qu'un mari, et un galant regardent la même personne avec des yeux si différents.

 

(Molière) Que de discours.

 

(Mlle Molière) Ma foi, si je faisais une comédie, je la ferais sur ce sujet, je justifierais les femmes de bien des choses dont on les accuse, et je ferais craindre aux maris la différence qu'il y a de leurs manières brusques, aux civilités des galants.

 

L'impromptu de Versailles, Molière

(Molière et Mlle Molière, scène I)

 

ImpromptuVersailles-7

Repost 0
Published by Yolio - dans arts-spectacles
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 15:15

.

 

Xochicalco-juin2010-800bSituée à 38 km de Cuernavaca (Etat de Morelos), la cité-état de Xochicalco (la Maison des fleurs) marque le réel début de notre périple dans le Mexique authentique et historique. Après 85 km de route montagneuse et sinueuse, au détour d'un virage, on découvre au sommet d'une petite montagne le site de Xochicalco.

 

Il s'agit d'une cité fortifiée, aux remparts toujours visibles, et aux constructions très nombreuses et bien restaurées, à l'influence artistique toltèque et maya. La ville se développe à l'époque épiclassique (600-900) qui voit la région des hauts-plateaux centraux se couvrir de cités concurrentes. Elle devait compter à son apogée environ 20 000 habitants. Les fouilles ont montré que la fin de cette cité-état est intervenu à la fin du IXème siècle, dans un climat de guerre, les statues ayant été brisées et les bâtiments partiellement détruits.

 

La ville est construite sur 3 niveaux. Le niveau inférieur, ceint par les remparts, était la zone résidentielle populaire. Le second niveau correspondait à une classe sociale plus aisée, avec notamment le marché. Le niveau supérieur était réservé au culte (temples) et à la caste dirigeante qui vivait dans l'Acropole.

 

Les principaux édifices sont agencés autour d'une série de places :

- la pyramide des Etoiles,

- la grande Pyramide, à 7 degrés et avec les ruines d'un temple sommital,

- le bain de vapeur (temazcal),

- le temple du Serpent à plumes : un petit bâtiment supportant une terrasse, remarquable pour toute la frise courant sur sa base et montant de dieu Serpent à plumes avec des souverains ou guerriers,

- l'Acropole,

- la pyramide de la stèle à 2 glyphes,

- 3 terrains de jeu de balle,

- la rampe aux animaux : rampe monumentale pavée de dalles de pierre gravées avec des images d'oiseaux, reptiles, insectes et mammifères,

- l'observatoire astronomique : une grotte a été recouverte de stuc et peinte en noir, jaune et rouge avec une cheminée à légère pente permettant aux rayons du soleil d'être projetés sur le sol.

 

Un musée sur le site permet de voir les différents objets et éléments de décoration retrouvés lors des différentes fouilles, notamment l'Homme Rouge et le Jaguar.

 

Pour voir le carnet de route de tout le voyage au Mexique : http://yolio.over-blog.com/article-voyage-au-mexique-enchantement-et-decouverte-itineraire-1-4-54397550.html

 

 

Historique :

650 :    fondation, à l'occasion de la chute des grandes cités au cours du VIIème siècle (notamment Teotihuacan)

Fin IXème siècle : destruction et sac de la ville

1591 :  description du site par Fray Bernardino de Sahagun

1777 :  première découverte par José Antonio Alzate, explorateur et naturaliste mexicain

1810 :  description et illustrations réalisées par Alexander von Humboldt

1868 :  visite du site par l'empereur Maximilien Ier

1910 :  restauration du temple du Serpent à plumes par l'archéologue mexicain Leopoldo Batres

1940-1960 : campagne de restauration menée par Eduardo Noguera et Cesar Saenz

1972 :  protection du site

1976 :  cartographie de l'ensemble du site par l'archéologue Kenneth Hirth (Université de Pennsylvanie)

1988 :  fouilles par Norberto Gonzalez Crespo et Silvia Garza

1999 :  inscription au patrimoine mondial de l'UNESCO

 

 

 

Xochicalco-juin2010-502aLa grande pyramide vue de la place de la stèle aux deux glyphes

 

Xochicalco-juin2010-503a

Les terrasses menant à la grande pyramide

 

Xochicalco-juin2010-504a

Le temple du Serpent à plumes

 

Xochicalco-juin2010-505a

 

Xochicalco-juin2010-506a

 

Xochicalco-juin2010-507a

Détails des décorations du temple du Serpent à plumes

 

Xochicalco-juin2010-067aLe complexe est

 

Xochicalco-juin2010-510a

Jeu de balle sud

 

Xochicalco-juin2010-077aJeu de balle nord

 

Xochicalco-juin2010-501a

L'Homme Rouge (musée)

 

Xochicalco-juin2010-508a

Le jaguar (musée)

 

Xochicalco-juin2010-086a

L'anneau du jeu de balle sud, et un touriste !

 

MexiqueCarte1-Xochicalco

Xochicalco-juin2010-047a

Une forteresse dans la montagne mexicaine...

 


Repost 0
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 22:14

.

 

Et oui, aujourd'hui c'est un "presquanniversaire".

 

Emmanuel a 11 mois, 2 dents, environ 73 cm pour 10,5 kg (à confirmer lors de la prochaine visite chez le toubib dans quelques jours)… et il marche ! Et oui, maintenant il faut faire attention partout. Le danger nous suit ! Et les objets se déplacent …, étonnant !

 

Il reste encore d'autres défis à relever : parler, et aller au pot. Encore un peu de patience.

 

Emmanuel-11mois-1

 

Emmanuel-11mois-4

 

Emmanuel-11mois-3

 

Emmanuel-11mois-2

Repost 0
Published by Yolio - dans mon petit coin
commenter cet article
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 22:27

.

 

MariageBhoutan-3Après les très médiatiques mariages en Angleterre et à Monaco, c'est une version nuptiale beaucoup plus lointaine qui a eu lieu ce jeudi 13 octobre.

 

Le Bhoutan marie son roi, et sa toute nouvelle reine. Le roi Khesar, 31 ans et plus jeune souverain régnant du monde, a porté son choix sur une jeune femme de 21 ans, Jetsun Pema.

 

Ce petit royaume est à un tournant de son histoire. Perdu dans les cimes de l'Himalaya, ce pays est empreint de traditions. La modernité, au sens occidental et mercantile, n'y a pas encore de prise. Le bouddhisme est le pilier du régime. Monarchie absolue jusqu'au "coup d'Etat démocratique" réalisé par le roi Jigme Singye Wangchuck, père du roi Khesar, en 2008. Après un règne parfois très autoritaire, il impose une nouvelle constitution et fait procéder aux premières élections parlementaires du Bhoutan, alors même que les bhoutanais ne sont pas convaincus de leur utilité ! Quelques mois après, il abdique en faveur de son fils.

 

La jeune reine, Jetsun Pema est la fille d'un pilote de ligne et a fait des études universitaires. Pour sa part, le roi est diplômé d'Oxford.

 

Le mariage a eu lieu au monastère de Punakha, également forteresse et ex-siège du pouvoir datant du XVIIème siècle.

 

Le roi a souhaité ne donner aucun faste ostentatoire à la cérémonie, pour lui préférer une certaine "intimité" avec le peuple bhoutanais. C'est pourquoi aucun monarque ou chef d'Etat étranger n'est invité !

 

Au programme, costumes traditionnels de soie fleurie et colorée, chants, tambours, trompettes et spectacles de danse traditionnelle pour le plaisir des invités, les seuls bhoutanais.

 

MariageBhoutan-93L'arrivée de la future reine

 

MariageBhoutan-1

La cérémonie

 

MariageBhoutan-9

Le couple royal, et le Je Khenpo (le plus haut responsable religieux du Bhoutan)

 

MariageBhoutan-95

Le roi dragon Jigme Khesar Namgyal Wangchuck

 

MariageBhoutan-4

Après son abdication, le roi Singye couronne le nouveau roi Khesar

 

MariageBhoutan-5Le drapeau du Bhoutan

 

Repost 0
Published by Yolio - dans actualité
commenter cet article
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 08:00

 

.

 

CritiqueEcoleFemmes-11(Dorante) La cour a quelques ridicules, j'en demeure d'accord, et je suis, comme on voit, le premier à les fronder. Mais, ma foi, il y en a un grand nombre parmi les beaux esprits de profession; et si l'on joue quelques marquis, je trouve qu'il y a bien plus de quoi jouer les auteurs, et que ce serait une chose plaisante à mettre sur le théâtre, que leurs grimaces savantes, et leurs raffinements ridicules; leur vicieuse coutume d'assassiner les gens de leurs ouvrages; leur friandise de louanges; leurs ménagements de pensées; leur trafic de réputation; et leurs ligues offensives et défensives; aussi bien que leurs guerres d'esprit, et leurs combats de prose, et de vers.

 

(Lysidas) Molière est bien heureux, Monsieur, d'avoir un protecteur aussi chaud que vous. Mais enfin, pour venir au fait, il est question de savoir si sa pièce est bonne, et je m'offre d'y montrer partout cent défauts visibles.

 

(Uranie) C'est une étrange chose de vous autres messieurs les poètes, que vous condamniez toujours les pièces où tout le monde court, et ne disiez jamais du bien que de celles où personne ne va. Vous montrez pour les unes une haine invincible, et pour les autres une tendresse qui n'est pas concevable.

 

La critique de l'école des femmes, Molière

(Dorante, Lysidas et Uranie, scène VI)

 

 

(Dorante) Car enfin, si les pièces qui sont selon les règles ne plaisent pas, et que celles qui plaisent ne soient pas selon les règles, il faudrait de nécessité que les règles eussent été mal faites. Moquons-nous donc de cette chicane où ils veulent assujettir le goût du public, et ne consultons dans une comédie que l'effet qu'elle fait sur nous. Laissons-nous aller de bonne foi aux choses qui nous prennent par les entrailles, et ne cherchons point de raisonnements pour nous empêcher d'avoir du plaisir.

 

(Uranie) Pour moi, quand je vois une comédie, je regarde seulement si les choses me touchent, et lorsque je m'y suis bien divertie, je ne vais point demander si j'ai eu tort, et si les règles d'Aristote me défendaient de rire.

 

(Dorante) C'est justement comme un homme qui aurait trouvé une sauce, excellente, et qui voudrait examiner si elle est bonne, sur les préceptes du Cuisinier français.

 

(Uranie) Il est vrai; et j'admire les raffinements de certaines gens, sur des choses que nous devons sentir par nous-mêmes.

 

(Dorante) Vous avez raison Madame, de les trouver étranges tous ces raffinements mystérieux. Car enfin, s'ils ont lieu, nous voilà réduits à ne nous plus croire; nos propres sens seront esclaves en toutes choses; et jusques au manger et au boire, nous n'oserons plus trouver rien de bon, sans le congé de messieurs les experts.

 

La critique de l'école des femmes, Molière

(Dorante et Uranie, scène VI)

 

 

(Dorante) Ah! Monsieur Lysidas, vous nous assommez avec vos grands mots. Ne paraissez point si savant, de grâce; humanisez votre discours, et parlez pour être entendu. Pensez-vous qu'un nom grec donne plus de poids à vos raisons? Et ne trouveriez-vous pas qu'il fût aussi beau de dire, l'exposition du sujet, que la protase; le noeud, que l'épitase; et le dénouement, que la péripétie?

 

La critique de l'école des femmes, Molière

(Dorante, scène VI)

Repost 0
Published by Yolio - dans arts-spectacles
commenter cet article
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 09:32

.

 

Tula-juin2010-507aLa ville toltèque de Tollan (ou Tollan qui deviendra Tula), se développe entre la moitié du VIIème siècle et la moitié du XIème siècle. Pour découvrir ce site : http://yolio.over-blog.com/article-les-atlantes-de-tula-tolan-voyage-au-pays-des-tolteques-75632425.html

 

Le premier site de Tula Chico (phase dite "Corral") est abandonné au Xème siècle, au profit du site de Tula Grande (phase dite "Tollan"), un kilomètre plus loin. Au milieu du XIème siècle, elle est conquise par les Chichimèques, et abandonnée suite à un incendie (la mise à sac lors de la conquête chichimèque ?).

 

 

Liste des dirigeants de Tula (Tollan)

 

Rois de Tula (Tollan)

 

Maisons inconnues

Tul1-001

Chalchiuhtlanetzin

667 ?

-

 

 

Tul1-002

Ixtlilcuechahuac

719 ?

-

 

 

 

Maison de Mazaltzin

Tul1-003

Mixcoamazaltzin

752 ?

-

 

 

Tul1-004

Totopeul

823 ?

-

 

 

Tul1-005

Ihuitimal

845 ?

-

 

 

Tul1-006

Topiltzin I

873 ?

-

 

 

Tul1-007

Huémac I

875 ?

-

 

 

 

Maison inconnue

Tul1-008

Nauhyaotzin

927 ?

-

 

 

 

Maison de Xiuhtlatzin

Tul1-009

Xiuhtlaltzin

979

-

986

 

Tul1-010

Matlaccoatzin

?

 

 

 

 

Maison inconnue

Tul1-011

Tlilcoatzin

?

 

 

 

 

Maisons de Totopeul

Tul1-012

Huémac II

990

-

1031

 

 

Maisons inconnues

Tul1-013

Topiltzin II

1031

-

1062

 

Tul1-014

Huémac III

1062

-

1064

 

Conquête chichimèque 1064

Repost 0
Published by Yolio - dans histoire
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 13:30

.

 

Emmanuel10mois-110815-46-1L'été aura été plein de dépaysement pour le petit Emmanuel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Emmanuel10mois-110722-aTout d'abord, c'était les vacances avec sa maman et Victor-Pierre. Avec une première semaine de camping dans les Vosges. Au programme piscine et balades.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Emmanuel10mois-110810-28-1Ensuite, c'était les vacances avec papa et Pascal. Nous sommes d'abord passés voir papi et mamie de Rochefort, puis papi et mamie de Perpignan. Un petit tour à la plage, en Méditerranée et dans l'Atlantique. Et dans les deux cas, le petit gars a trouvé l'eau bien froide comparée à celle du bain !

 

 

 

 

 

 

 

Emmanuel10mois-110830-29-1Et enfin, après une petite semaine de rentrée chez la nounou Patricia, une dernière semaine de vacances en camping en Vendée, avec tout le monde (papa, Pascal, maman et Victor-Pierre) pour le début de la semaine, puis la fin sans les deux premiers qui devaient rentrer plus tôt. Au programme plage, piscine, visites et jeux en tous genres.

 

Et voilà une semaine maintenant que la grande rentrée chez Patricia a commencé !

 

Et pendant tout ce temps, le bonhomme a grandi ! Le déclic de la marche à quatre pattes s'est produit. Et maintenant, Emmanuel se tient bien sur ses jambes, tout seul pendant quelques secondes sans se cramponner. Bientôt la course partout ! Et il y a eu aussi la sortie de la toute première dent, comme une fleur. On l'attendait depuis un moment, les fesses l'avaient annoncée, et sans cri, elle est venue. Si les autres pouvaient venir comme ça ! Il y en a des choses à dire au docteur pour la visite du 10ème mois. Mais que le stéthoscope est froid ! C'est même pire que le vaccin expédié comme une lettre à la poste ! 

 

Emmanuel10mois-110922-03-1

 

Emmanuel10mois-110922-04

 

Emmanuel10mois-110923-01

Encore une tarte qu'Emmanuel ne mangera pas ! Miam !

Repost 0
Published by Yolio - dans mon petit coin
commenter cet article
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 09:38

.

 

b-allemagne-anhalt-31Armes du duché d'Anhalt

 

Version abrégée :

Parti de deux, coupé de trois : au 1 de Saxe; au 2 du Palatinat de Saxe; au 3 de Angrie ; au 4 de Beringen; au 5 en forme de sur-le-tout, d'Anhalt ; au 6 de Ballenstedt ; au 7 d'Ascanie ; au 8 de Waldersee ; au 9 de Warmsdorf ; au 10 de Mühlingen ; au 11, du Droit de Régale ; au 12 de Bernbourg.

 

Version développée, et très longue (!) :

Parti de deux, coupé de trois : au 1 au burelé de dix pièces de sable et d'or au crancelin de sinople, brochant en bande sur le tout qui est de Saxe ; au 2 d'azur, à l'aigle d'or qui est du Palatinat de Saxe ; au 3 d'argent à trois bouterolles de gueules qui est d'Angrie ; au 4 d'argent à un ours de sable armé, lampassé couronné et harnaché d'or, rampant sur une muraille de gueules crénelée en bande et ouverte d'or qui est de Beringen ; au 5 en forme de sur-le-tout, mi-parti d'argent  à l'aigle de gueules, membrée, becquée et languée d'or et burelé de dix pièces de sable et d'or au crancelin de sinople, brochant en bande sur le tout qui est d'Anhalt moderne ; au 6 burelé de dix pièces de sable et d'or qui est de Ballenstedt ; au 7 huit points de sable équipolés à sept points d'argent qui est d'Ascanie ; au 8 à l'écartelé d'or et de gueules qui est de Waldersee ; au 9 d'azur à deux barres d'or qui est de Warmsdorf ; au 10 d'azur à une aigle d'argent, la tête contournée qui est de Mühlingen ; au 11 de gueules vide qui est du Droit de régale ; au 12 d'argent à un ours de sable armé, lampassé d'or et harnaché du champ, rampant sur une muraille de gueules, crénelée en bande et ouverte du champ (de Bernbourg).

 

Le duc d'Anhalt est l'héritier d'une très ancienne famille allemande, dont l'origine remonte à la vieille Germanie. La maison d'Ascanie tire son nom du château du même nom que fit construire Othon "le Riche", au début du XIIème siècle. Son fils Albert l'Ours acquit la Saxe et le Brandebourg. Par la suite, tous les territoires acquis furent dispersés, et ne resta à la famille d'Ascanie que l'Anhalt. Comme toutes les familles allemandes du moyen-âge, les divisions du territoire furent nombreuses. Parmi les principales lignes, on peut citer l'Anhalt-Bernbourg, l'Anhalt-Zerbst, l'Anhalt-Dessau et l'Anhalt-Kothen. L'une des plus célèbres représentantes de cette famille est Sophie d'Anhalt-Zerbst, qui devint l'impératrice Catherine II de Russie !

 

L'Anhalt-Zerbst s'éteignit en 1793, l'Anhalt-Kothen en 1847, et l'Anhalt-Bernbourg en 1863. La branche d'Anhalt-Dessau resta donc seule et unifia tout l'Anhalt à son profit, ce qui permit au prince d'Anhalt-Dessau de prendre le simple titre de duc.

 

En 1807, les duchés d'Anhalt rallièrent la Confédération du Rhin, puis en 1815 la Confédération Germanique. Le duché d'Anhalt entra dans la Confédération de l'Allemagne du Nord en 1866, puis dans l'Empire Allemand en 1871.

 

En 1918, le jeune duc Joachim-Ernest fut contraint à l'abdication.

 

Toutes les branches princières ou ducales d'Anhalt, jusqu'à la branche actuelle, utilisèrent les armes des territoires familiaux dans de savantes et complexes compositions. Les ours tiennent une grande place dans le bestiaire familial, rappel du lointain ancêtre : Albert l'Ours.

 

Repost 0
Published by Yolio - dans héraldique
commenter cet article
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 22:01

.

 

CritiqueEcoleFemmes-10L'honnêteté d'une femme n'est pas dans les grimaces. Il sied mal de vouloir être plus sage, que celles qui sont sages. L'affectation en cette matière est pire qu'en toute autre; et je ne vois rien de si ridicule, que cette délicatesse d'honneur, qui prend tout en mauvaise part; donne un sens criminel aux plus innocentes paroles; et s'offense de l'ombre des choses. Croyez-moi, celles qui font tant de façons, n'en sont pas estimées plus femmes de bien. Au contraire, leur sévérité mystérieuse, et leurs grimaces affectées irritent la censure de tout le monde, contre les actions de leur vie. On est ravi de découvrir ce qu'il y peut avoir à redire; et pour tomber dans l'exemple, il y avait l'autre jour des femmes à cette comédie, vis-à-vis de la loge où nous étions, qui par les mines qu'elles affectèrent durant toute la pièce; leurs détournements de tête; et leurs cachements de visage, firent dire de tous côtés cent sottises de leur conduite, que l'on n'aurait pas dites sans cela; et quelqu'un même des laquais cria tout haut, qu'elles étaient plus chastes des oreilles que de tout le reste du corps.

 

La critique de l'école des femmes, Molière

(Uranie, scène III)

 

 

(Dorante) Tu es donc, Marquis, de ces messieurs du bel air, qui ne veulent pas que le parterre ait du sens commun, et qui seraient fâchés d'avoir ri avec lui, fût-ce de la meilleure chose du monde? Je vis l'autre jour sur le théâtre un de nos amis qui se rendit ridicule par là. Il écouta toute la pièce avec un sérieux le plus sombre du monde: et tout ce qui égayait les autres ridait son front. À tous les éclats de rire, il haussait les épaules, et regardait le parterre en pitié; et quelquefois aussi le regardant avec dépit, il lui disait tout haut, «Ris donc, parterre, ris donc.» Ce fut une seconde comédie, que le chagrin de notre ami; il la donna en galant homme à toute l'assemblée; et chacun demeura d'accord qu'on ne pouvait pas mieux jouer, qu'il fit. Apprends, Marquis, je te prie, et les autres aussi, que le bon sens n'a point de place déterminée à la comédie; que la différence du demi-louis d'or, et de la pièce de quinze sols, ne fait rien du tout au bon goût; que debout et assis on peut donner un mauvais jugement; et qu'enfin, à le prendre en général, je me fierais assez à l'approbation du parterre, par la raison qu'entre ceux qui le composent, il y en a plusieurs qui sont capables de juger d'une pièce selon les règles, et que les autres en jugent par la bonne façon d'en juger, qui est de se laisser prendre aux choses, et de n'avoir ni prévention aveugle, ni complaisance affectée, ni délicatesse ridicule.

 

(Le Marquis) Te voilà donc, Chevalier, le défenseur du parterre? Parbleu, je m'en réjouis, et je ne manquerai pas de l'avertir, que tu es de ses amis. Hay, hay, hay, hay, hay, hay.

 

(Dorante) Ris tant que tu voudras; je suis pour le bon sens, et ne saurais souffrir les ébullitions de cerveau de nos marquis de Mascarille. J'enrage de voir de ces gens qui se traduisent en ridicules, malgré leur qualité; de ces gens qui décident toujours, et parlent hardiment de toutes choses, sans s'y connaître; qui dans une comédie se récrieront aux méchants endroits, et ne branleront pas à ceux qui sont bons; qui voyant un tableau, ou écoutant un concert de musique, blâment de même, et louent tout à contre-sens, prennent par où ils peuvent les termes de l'art qu'ils attrapent, et ne manquent jamais de les estropier, et de les mettre hors de place. Eh! morbleu, Messieurs, taisez-vous, quand Dieu ne vous a pas donné la connaissance d'une chose; n'apprêtez point à rire à ceux qui vous entendent parler, et songez qu'en ne disant mot, on croira peut-être que vous êtes d'habiles gens.

 

La critique de l'école des femmes, Molière

(Dorante et le Marquis, scène V)

 

 

Je dirai que cela est digne du caractère qu'elle a pris; et qu'il y a des personnes, qui se rendent ridicules, pour vouloir avoir trop d'honneur. Bien qu'elle ait de l'esprit, elle a suivi le mauvais exemple de celles, qui étant sur le retour de l'âge, veulent remplacer de quelque chose ce qu'elles voient qu'elles perdent; et prétendent que les grimaces d'une pruderie scrupuleuse, leur tiendront lieu de jeunesse et de beauté. Celle-ci pousse l'affaire plus avant qu'aucune, et l'habileté de son scrupule découvre des saletés, où jamais personne n'en avait vu. On tient qu'il va, ce scrupule, jusques à défigurer notre langue, et qu'il n'y a point presque de mots, dont la sévérité de cette dame ne veuille retrancher ou la tête, ou la queue, pour les syllabes déshonnêtes qu'elle y trouve.

 

La critique de l'école des femmes, Molière

(Dorante, scène V)

 

 

Assurément, Madame, et quand, pour la difficulté, vous mettriez un plus du côté de la comédie, peut-être que vous ne vous abuseriez pas. Car enfin, je trouve qu'il est bien plus aisé de se guinder sur de grands sentiments, de braver en vers la Fortune, accuser les Destins, et dire des injures aux dieux, que d'entrer comme il faut dans le ridicule des hommes, et de rendre agréablement sur le théâtre les défauts de tout le monde. Lorsque vous peignez des héros, vous faites ce que vous voulez; ce sont des portraits à plaisir, où l'on ne cherche point de ressemblance; et vous n'avez qu'à suivre les traits d'une imagination qui se donne l'essor, et qui souvent laisse le vrai pour attraper le merveilleux. Mais lorsque vous peignez les hommes, il faut peindre d'après nature; on veut que ces portraits ressemblent; et vous n'avez rien fait si vous n'y faites reconnaître les gens de votre siècle. En un mot, dans les pièces sérieuses, il suffit, pour n'être point blâmé, de dire des choses qui soient de bon sens, et bien écrites: mais ce n'est pas assez dans les autres; il y faut plaisanter; et c'est une étrange entreprise que celle de faire rire les honnêtes gens.

 

La critique de l'école des femmes, Molière

(Dorante, scène VI)

Repost 0
Published by Yolio - dans arts-spectacles
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Yolio
  • Le blog de Yolio
  • : Il faut être curieux de tout. N'hésitez pas à laisser vos commentaires, impressions… Ou plus simple : inscrivez-vous à la newsletter pour toutes les nouveautés en temps réel :)
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens