Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 22:02
Pricilla, folle du désert, comédie musicale au casino de Paris

J'avais vu (et revu) le film de 1994. Et je me demandais ce que cela pouvait donner en comédie musicale, dans un théâtre. Comment restituer l'ambiance, les grands espaces australiens, les costumes… Et bien, maintenant, je sais. C'est une réussite complète.

Pour l'histoire, c'est l'aventure de la traversée du désert australien par trois drag queens désireuses de rompre temporairement avec leur quotidien de Sydney pour rejoindre Alice Springs afin d'y présenter leur spectacle. L'un d'eux a l'idée d'acheter un bus pour effectuer le voyage. Le bus gris, réaménagé, est baptisé Pricilla, puis se teinte en rose en cours de route. Ce voyage est l'occasion de traverser toutes les émotions : la joie, le plaisir, la peur, l'amour, l'amitié, et même la découverte (ou redécouverte) de la paternité.

Ce spectacle est merveilleux. Et je ne sais pas par où commencer.

Par les artistes, tous excellents, dynamiques, beaux, une troupe de 30 artistes.

Ou bien par les chansons, et outre les performances des rôles principaux, les voix magnifiques des "divas" pour interpréter des chansons de Tina Turner, Gloria Gaynor, Aretha Franklin, Earth, Wind & Fire, Madona, Kylie Minogue ou encore Cyndi Lauper.

Ou bien par les décors, les projections des images sur les murs, et ce bus totalement robotisé qui nous fait voyager avec ses drôles d'occupants.

Ou bien par les costumes : 500 costumes excentriques et 200 perruques délirantes. C'est une succession d'extravagances, tous les genres sont là : du classique, du kitch, du burlesque, du beau, du moche. Cela va être difficile pour les futurs spectacles transformistes de faire aussi bien !

C'est beau de voir, en fin de spectacle, une salle complètement conquise, applaudissant chaudement et sincèrement toute la troupe, dans une ambiance géniale.

La distribution :

 

Dick/Mitzi :         Laurent Ban (Hair, Zorro, Mozart l’Opéra Rock)

Bernadette :         David Alexis (La Légende du roi Arthur, Oliver Twist)

Bradley/Felicia :  Jimmy Bourcereau (Flashdance)

Les Divas :          Sofia Mountassir (Love Circus, Aladin le Musical), Kania Allard (Sister Act, Flashdance), Ana Ka (Le Bal des Vampires), Amalya Dellepierre (Swinging Life) et Stacey King (The Voice saison 3)

Marion :               Corrine Puget

Bob :                    Fabrice de la Villehervé

Cynthia :              Alice Lyn

Benji :                  Luka Quinn/Nino Magnier/Alexandre Furet/ Aramis Delamare en alternance

 

Danseurs, chanteurs :  Alexia Degremont, Celia Ruiz, Cindy Cayrasso, Claude Cormier, Delphine Attal Gelle, Jennifer Abad Garcia, Jerôme Zerbi, Ludovic Alvernhe, Mehdi Mamine, Melina Mariale, Pierre Antoine Brunet, Priscilla Villa, Thorian J. de Decker et Yvonnick Muller.

Un très beau cadeau ! Un grand merci :)

Pricilla, folle du désert, comédie musicale au casino de Paris
Pricilla, folle du désert, comédie musicale au casino de Paris
Pricilla, folle du désert, comédie musicale au casino de Paris
Pricilla, folle du désert, comédie musicale au casino de Paris
Pricilla, folle du désert, comédie musicale au casino de Paris
Pricilla, folle du désert, comédie musicale au casino de Paris
Pricilla, folle du désert, comédie musicale au casino de Paris
Pricilla, folle du désert, comédie musicale au casino de Paris
Pricilla, folle du désert, comédie musicale au casino de Paris
Pricilla, folle du désert, comédie musicale au casino de Paris
Pricilla, folle du désert, comédie musicale au casino de Paris
Repost 0
Published by Yolio - dans arts-spectacles
commenter cet article
3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 22:58

.

 

dragons-2-01Dragons 2 : attention, des dragons partout !

 

Les personnages de "Dragons" ont évolué. Ils ont pris 5 ans entre les deux éditions, et maintenant Harold n'est plus un jeune adolescent, mais un "homme jeune" (comme diraient les Latins). Les dragons sont totalement intégrés à la vie du village, et Stoïk, le chef du village, pense à laisser la main à son fils et successeur, Harold.

 

Mais au loin, un dangereux personnage fomente sa revanche, et ourdit un complot pour la plus terrible des guerres, contre les dragons et contre tout le reste du monde. La clef de la victoire, le contrôle d'un dragon exceptionnel qui a le pouvoir de contrôler tous les autres dragons.

 

C'est un superbe spectacle, avec des dragons tous plus improbables, drôles, chatoyants. Il y a de l'action, du sentiment, de l'humour… Bref, un succès ! Pour les petits, et pour les grands. Et un petit spectateur de 3 ans et demi a bien apprécié !

 

dragons-2-02

 

dragons-2-03

 

dragons-2-04

 

dragons-2-05

 

dragons-2-06

 

Repost 0
Published by Yolio - dans arts-spectacles
commenter cet article
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 22:13

.

 

BelleBete-03La Belle et la Bête, comédie musicale à Mogador

 

 

Pour mon anniversaire, j'ai reçu un très joli cadeau : la Belle et la Bête, au théâtre Mogador.

 

Les critiques sont bonnes, le "bouche à oreille" est bon, donc nous avons un bon a priori…

 

Et bien, pas déçus du tout. On peut même dire : c'était très bien ! L'univers est exactement celui du dessin animé de Disney, avec les mêmes costumes, une mise en scène très proche du dessin animé. Les décors sont magnifiques, et leur mobilité sur scène permet de changer très rapidement d'atmosphère tout en donnant du mouvement.

 

C'est une réussite. Il y a du rythme, de la bonne humeur, de la musique, du chant, du mouvement, de l'humour, etc…

 

Un beau cadeau ! Un grand merci :)

 

BelleBete-01

 

BelleBete-04

 

Repost 0
Published by Yolio - dans arts-spectacles
commenter cet article
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 21:04

.

 

Hercule-01La légende d'Hercule

 

Juste avant le début du film, nous avons eu droit à la bande annonce du film 47 Ronin. Une phrase entendue dans cette bande annonce a retenu mon attention :

"Son armée est innombrable".

 

Et là, un débat intérieur a commencé. Peut-on dire qu'une armée est innombrable ? Puisqu'il y a "une" armée, c'est donc qu'elle a été quantifiée, à 1. C'est le nombre des soldats qui la composent qui ne peut pas être défini. Donc la phrase exacte, ne serait-elle pas : les soldats de son armée sont innombrables ?

 

En fait, peut-on associé l'adjectif "innombrable" à un mot que l'on présente au singulier ?

 

Ou bien l'intention de son auteur était-elle de dire "ses armées sont innombrable" ? Ce qui sous-entend que le sujet principal dispose de plusieurs armées (on ne sait pas combien) qui sont-elles mêmes composées d'un certain nombre de soldats (mais là, le nombre de soldat est indifférent puisque ce n'est pas cela que l'on cherche à quantifier)...

 

En cherchant a posteriori à démêler tout cela, je suis tombé sur des notions très intéressantes sur les nuances entre "innombrable" et "innumérable"... Mais il semblerait que l'on admette maintenant de dire qu'une chose peut être innombrable, sous-entendu "innombrable dans les éléments qui la composent" et non simplement dans sa propre quantité.

 

Bref, merci à la bande annonce de 47 Ronin de m'avoir fait passer un bon moment de réflexion et de méditation. Au moins, ça m'a occupé pendant le film "Hercule".

Repost 0
Published by Yolio - dans arts-spectacles
commenter cet article
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 16:37

.

300NaissanceEmpire-01300 Naissance d'un empire

 

La suite de "300" est particulièrement fidèle au premier épisode. On y retrouve le même travail de l'image, les décors, les costumes, l'ambiance générale, etc… Le premier était une belle réussite, et bien le second aussi. Il y a de l'action, une histoire… Et en plus, c'est assez prêt de l'Histoire ! Il y a beaucoup d'adaptation bien sûr, mais cela a le mérite de mettre en avant la guerre Grecs / Perses (les Guerres Médiques) qui se déroula au Vème siècle avant JC.

 

Le premier film racontait comment un groupe de 300 spartiates (alliés à 700 autres combattants passés totalement sous silence) avait pu contenir l'avancée de l'armée perse sur terre, aux Thermopyles, avant de se faire massacrer par une armée supérieure en nombre. Ce second film nous conte la suite de cette guerre, la bataille navale et victoire grecque de Salamine.

 

Une seule petite réserve : c'est tout de même un peu sombre. Un peu plus de couleur, ne serait-ce que pour mieux différencier les deux camps qui s'affrontent, aurait permis une meilleure lecture des évènement, notamment des batailles. Hors le rouge du sang (qui coule à gros bouillon et par centaines de litres par personnages), hors la cape bleue du général athénien Thémistocle, et hors le slip doré compris dans la panoplie étourdissante de Xerxès (comme dans le premier épisode, ça reste très étonnant, un modèle du genre !), tout est noir, gris, bleu-gris…

 

300NaissanceEmpire-05

Thémistocle, général athénien

 

300NaissanceEmpire-06

Artémise, générale des Perses

 

300NaissanceEmpire-07

Xerxès Ier, roi des Perses

 

300NaissanceEmpire-08

 

300NaissanceEmpire-04

 

300NaissanceEmpire-03

Repost 0
Published by Yolio - dans arts-spectacles
commenter cet article
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 21:05

.


Outsiders-1aJe me mens sans arrêt.

Mais je ne me crois jamais

 

Outsiders, Susan Eloïse Hinton

(Ponyboy Curtis, chapitre I)

 

 

Vous devez avoir des conversations vachement intéressantes, disait-il toujours, levant un sourcil. Avec toi qui n'ouvres pas la bouche et Johnny qui ne sort pas un mot

 

Outsiders, Susan Eloïse Hinton

(Grain-de-Sel à Ponyboy, chapitre III)

 

 


Endormi, on ne lui aurait jamais donné près de dix-sept ans, mais j'avais remarqué que Johnny, lui aussi, semblait plus jeune quand il dormait. Ça devait être comme ça pour tout le monde. Peut-être que les gens sont plus jeunes quand ils dorment.

 

Outsiders, Susan Eloïse Hinton

(Ponyboy Curtis, chapitre VII)

 

 

- Dis donc, ai-je lancé tout à coup, est-ce qu'on voit vraiment bien le coucher de soleil, des quartiers ouest ?

Elle a froncé les sourcils, perplexe, puis a souri.

- Vraiment bien

- On peut le voir vraiment bien des quartiers est, aussi, ai-je ajouté tranquillement.

- Merci Ponyboy.

Elle a sourri à travers ses larmes.

- Tu comprends tout.

 

Elle avait les yeux verts. Je suis rentré à la maison en marchant à pas lents.

 

Outsiders, Susan Eloïse Hinton

(Ponyboy Curtis et Cherry Valence, chapitre VIII)

 

Repost 0
Published by Yolio - dans arts-spectacles
commenter cet article
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 22:26

.

 

Le Tartuffe, de Molière, machination, mensonge, hypocrisie, puis enfin la vérité (2/2)

 

 

Tartuffe-07(Tartuffe) Il tire un mouchoir de sa poche.

Ah ! mon Dieu, je vous prie,

Avant que de parler prenez-moi ce mouchoir.

(Dorine) Comment ?

(Tartuffe) Couvrez ce sein que je ne saurois voir :

Par de pareils objets les âmes sont blessées,

Et cela fait venir de coupables pensées.

 

Le Tartuffe, Molière

(Tartuffe et Dorine, acte III scène 2)

 

 

En vous est mon espoir, mon bien, ma quiétude,

De vous dépend ma peine ou ma béatitude,

Et je vais être enfin, par votre seul arrêt,

Heureux si vous voulez, malheureux s'il vous plaît.

 

Le Tartuffe, Molière

(Tartuffe, acte III scène 3)

 

 

Oui, mon cher fils, parlez : traitez-moi de perfide,

D'infâme, de perdu, de voleur, d'homicide ;

Accablez-moi de noms encor plus détestés :

Je n'y contredis point, je les ai mérités ;

Et j'en veux à genoux souffrir l'ignominie,

Comme une honte due aux crimes de ma vie.

 

Le Tartuffe, Molière

(Tartuffe, acte III scène 6)

 

 

Tartuffe-03Ah ! je vous brave tous, et vous ferai connaître

Qu'il faut qu'on m'obéisse et que je suis le maître.

 

Le Tartuffe, Molière

(Tartuffe, acte III scène 6)

 

 

Des intérêts du Ciel pourquoi vous chargez-vous ?

Pour punir le coupable a-t-il besoin de vous ?

Laissez-lui, laissez-lui le soin de ses vengeances ;

Ne songez qu'au pardon qu'il prescrit des offenses ;

Et ne regardez point aux jugements humains,

Quand vous suivez du Ciel les ordres souverains.

 

Le Tartuffe, Molière

(Tartuffe, acte IV scène 1)

 

 

Non : on est aisément dupé par ce qu'on aime,

Et l'amour-propre engage à se tromper soi-même.

 

Le Tartuffe, Molière

(Tartuffe, acte IV scène 3)

 

 

Je vous l'ai dit cent fois quand vous étiez petit :

La vertu dans le monde est toujours poursuivie ;

Les envieux mourront, mais non jamais l'envie.

 

Le Tartuffe, Molière

(Tartuffe, acte V scène 3)

 

Tartuffe-02

Repost 0
Published by Yolio - dans arts-spectacles
commenter cet article
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 20:35

.

 

Tartuffe-05Le Tartuffe, de Molière, machination, mensonge, hypocrisie, puis enfin la vérité (1/2)

 

 

L'exemple est admirable, et cette dame est bonne !

Il est vrai qu'elle vit en austère personne ;

Mais l'âge dans son âme a mis ce zèle ardent,

Et l'on sait qu'elle est prude à son corps défendant.

Tant qu'elle a pu des coeurs attirer les hommages,

Elle a fort bien joui de tous ses avantages ;

Mais, voyant de ses yeux tous les brillants baisser,

Au monde, qui la quitte, elle veut renoncer,

Et du voile pompeux d'une haute sagesse

De ses attraits usés déguise la faiblesse.

Ce sont là les retours des coquettes du temps.

Il leur est dur de voir déserter les galants.

Dans un tel abandon, leur sombre inquiétude

Ne voit d'autre recours que le métier de prude ;

Et la sévérité de ces femmes de bien

Censure toute chose, et ne pardonne à rien ;

Hautement d'un chacun elles blâment la vie,

Non point par charité, mais par un trait d'envie,

Qui ne sauroit souffrir qu'une autre ait les plaisirs

Dont le penchant de l'âge a sevré leurs désirs

 

Le Tartuffe, Molière

(Dorine, acte I scène 1)

 

 

Qui suit bien ses leçons goûte une paix profonde,

Et comme du fumier regarde tout le monde.

Oui, je deviens tout autre avec son entretien ;

Il m'enseigne à n'avoir affection pour rien,

De toutes amitiés il détache mon âme ;

Et je verrois mourir frère, enfants, mère et femme,

Que je m'en soucierois autant que de cela.

 

Le Tartuffe, Molière

(Orgon, acte I scène 5)

 

 

Tartuffe-04Voilà de vos pareils le discours ordinaire :

Ils veulent que chacun soit aveugle comme eux.

C'est être libertin que d'avoir de bons yeux,

Et qui n'adore pas de vaines simagrées,

N'a ni respect ni foi pour les choses sacrées.

Allez, tous vos discours ne me font point de peur :

Je sais comme je parle, et le Ciel voit mon coeur.

De tous vos façonniers on n'est point les esclaves.

Il est de faux dévots ainsi que de faux braves ;

Et comme on ne voit pas qu'où l'honneur les conduit

Les vrais braves soient ceux qui font beaucoup de bruit,

Les bons et vrais dévots, qu'on doit suivre à la trace,

Ne sont pas ceux aussi qui font tant de grimace.

 

Le Tartuffe, Molière

(Cléante, acte I scène 5)

 

 

(Mariane) Mais que veux-tu ? si j'ai de la timidité.

(Dorine) Mais l'amour dans un coeur veut de la fermeté.

 

Le Tartuffe, Molière

(Mariane et Dorine, acte II scène 3)

 

Tartuffe-06

Repost 0
Published by Yolio - dans arts-spectacles
commenter cet article
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 22:23

FrenchCancan-01.

 

French Cancan "spirit of Paris", théâtre Le Palace, à voir et revoir

 

Durant tout le spectacle, le mot le plus juste c'est "le plaisir". Ce n'est que du plaisir : les musiques, les voix, les chorégraphies, l'énergie et la force des danseurs, les costumes… Tout est là pour donner du plaisir. La joie et l'énergie des artistes sont communicatives à toute la salle.

 

Construites autour de grands thèmes d'Offenbach, les musiques débordent largement sur d'autres univers, soit par le voyage en passant par l'Inde ou le Brésil, soit par le genre, avec la techno, le classique ou bien encore une nouvelle version de la complainte de la butte... Mais également, des moments de pure sensibilité, notamment lors de la reprise très émouvante "Des amants de Saint-Jean".

  

Je voudrais signaler également un moment de poésie, très serein, très beau : la scène de "Belle nuit, ô nuit d'amour" (Les contes d'Hoffmann, Offenbach). Chaque composante de cette scène est un ravissement à elle toute seule : la musique tout d'abord, avec ce duo féminin poignant sur une orchestration raffinée, la chorégraphie (duo masculin, duo féminin, groupe, placement des chanteurs...), la mise en scène, la lumière... Bref, c'est un joyau.

 

Mention spéciale également pour les costumes !

 

Inutile de chercher une trame compliquée, une ligne dramatique intense et tortueuse… Non, ce n'est assurément pas une comédie tragique grecque dans laquelle tout le monde meurt à petit feu. Non, c'est un divertissement à l'histoire légère, qui n'est vraiment qu'un prétexte à pousser de la voix (mon coup de cœur pour Régis Mengus) et se plonger dans des tableaux aux chorégraphies fortes ou sensibles (coups de cœur pour Thierry Amsellem et Lionel Le Guevellou). Mais chapeau à tout le monde pour ce French Cancan "spirit of Paris" !

 

En espérant que ce spectacle connaîtra une tournée bien méritée.

 

Pour avoir un aperçu :

 

http://www.youtube.com/watch?v=9HAIXOjY5-U

 

http://www.theatrelepalace.fr/programme/spectacles-et-concerts/french-cancan-au-palace.html

 

https://www.facebook.com/frenchcancantheshow

 

FrenchCancan-02

 

Repost 0
Published by Yolio - dans arts-spectacles
commenter cet article
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 16:38

.

 

PrincesseElide-1La princesse d'Elide, de Molière, l'amour transcende les classes sociales

 

 

C'est une qualité que j'aime en un monarque,

La tendresse de coeur est une grande marque,

Et je crois que d'un prince on peut tout présumer

Dès qu'on voit que son âme est capable d'aimer.

 

La princesse d'Elide, Molière

(Arbate, acte I scène 1)

 

 

Bois, prés, fontaines, fleurs qui voyez mon teint blême,

Si vous ne le savez, je vous apprends que j'aime;

Philis est l'objet charmant

Qui tient mon coeur à l'attache,

Et je devins son amant

La voyant traire une vache.

Ses doigts tout pleins de lait, et plus blancs mille fois

Pressaient les bouts du pis d'une grâce admirable:

Ouf! Cette idée est capable

De me réduire aux abois.

 

La princesse d'Elide, Molière

(Moron, 2ème intermède scène 1)

 

 

PrincesseElide-2Les femmes sont des animaux d'un naturel bizarre, nous les gâtons par nos douceurs, et je crois tout de bon que nous les verrions nous courir, sans tous ces respects, et ces soumissions où les hommes les acoquinent

 

La princesse d'Elide, Molière

(Moron, acte III scène 2)

 

 


Repost 0
Published by Yolio - dans arts-spectacles
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Yolio
  • Le blog de Yolio
  • : Il faut être curieux de tout. N'hésitez pas à laisser vos commentaires, impressions… Ou plus simple : inscrivez-vous à la newsletter pour toutes les nouveautés en temps réel :)
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens